L’énergie lumineuse se transforme en énergie électrique grâce aux panneaux photovoltaïques !

Vous réfléchissez à la pose d’une installation de panneaux photovoltaïques mais vous n’osez pas ? C’est vrai que ce n’est pas un acte anodin et qu’il faut bien étudier le projet avant de se lancer. C’est pourquoi j’ai décidé aujourd’hui de parler de cette installation qui vous aidera peut-être à prendre votre décision.

Les panneaux solaires photovoltaïques : comment ça marche ?

Les cellules des panneaux installés sur le toit, côté ensoleillé, récupèrent l’énergie lumineuse et la transforme en une tension électrique. Il ne faut pas les confondre avec les panneaux solaires thermiques qui, eux, transforment le rayonnement solaire en chaleur.

L’onduleur est le boitier qui va transformer un courant continue à faible voltage en un courant alternatif de 230 V 50 Hz. La batterie est l’élément qui va pouvoir stocker l’énergie. Le régulateur contrôle l’état de la batterie solaire. Il permet d’éviter le risque de décharge et de surcharge de la batterie.

Comment choisir son panneau ?

La puissance photovoltaïque mesure la capacité de production. Cette puissance dépend du matériau et de la surface. Voici un tableau récapitulatif :

tableau panneaux photovoltaïque

La puissance s’exprime en Watt crête : le nombre de Wc correspond à la puissance électrique maximale que délivre l’installation photovoltaïque pour un ensoleillement « standard » de 1000 W/m² et une température de 25°C.*

 

carte-ensoleillementLa carte d’ensoleillement : toutes les régions de France se prêtent à l’installation de panneaux photovoltaïques mais la productivité sera différente en fonction de la localisation, de l’orientation des panneaux mais aussi en fonction d’éventuels ombrages. Ces derniers sont appelés « masques » et une étude devra être faite au préalable.

 

Installation des panneaux solaires photovoltaïques : 

Pour calculer le coût de votre installation il faudra prendre en compte :

– le matériel (les modules, l’ondulateur, la batterie et le régulateur).

– l’installation par des professionnels.

– l’éventuel raccordement au réseau.

– les intérêts dans le cas d’un emprunt.

Il faut savoir que certains types de toiture ne peuvent accueillir ce genre d’installation. C’est le cas des toitures en zinc, lauzes, shingle, tuiles de goudron et chaume car tous les matériaux ne peuvent être travaillés mais aussi car certains d’entre eux peuvent avoir des problèmes d’étanchéité.

La question du prix !

Depuis le 1er janvier 2013, un crédit d’impôt de 11% est possible pour l’installation de panneaux photovoltaïque. De plus, sachez qu’il est possible de revendre au réseau le surplus d’électricité et ainsi récupérer un peu d’argent.

L’installation requiert donc beaucoup de réflexion et j’espère que cet article vous aura aidé à prendre votre décision. Si vous avez déjà installé vos panneaux photovoltaïques, n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience !

Le radiateur à inertie : une technologie qui permet d’économiser !

Les nouvelles technologies offrent sans cesse des innovations qui vont dans le sens de la RT 2012, à savoir consommer mieux, dans le but de consommer moins !

radiateur Thermor

Le principe du radiateur à inertie

Pour ceux qui ne connaissent pas encore les radiateurs à inertie, sachez que ceux-ci diffusent de la chaleur douce du fait du rayonnement et de l’inertie comme pour un chauffage à eau chaude. Un fluide caloporteur se met en mouvement à l’intérieur même du radiateur pour en chauffer les parois. Ainsi, le radiateur va pouvoir rayonner la chaleur de façon stable et homogène dans la pièce.

Les avantages de cette technologie

– La chaleur est diffusée en continu.
– La qualité de l’air n’est pas modifiée.
– La chaleur est stable et homogène dans toute la pièce et n’assèche pas l’air.
– C’est une technologie fiable et robuste
– Elle ne nécessite pas de gros travaux d’installation
– Elle permet d’économiser jusqu’à 50% d’électricité.
– Elle ne provoque pas de bruit en chauffe par rapport aux autres radiateurs électriques.
– Ne demande pas beaucoup d’entretien
– Peut être très design pour certains modèles de radiateurs.
– Evite les fortes variations de température.

Certains modèles de radiateurs vont plus loin avec une programmation et un pilotage intelligent : le radiateur Thermor.

En plus de la qualité de la technologie des radiateurs à inertie, certains radiateurs proposent une commande de pilotage automatique pour adapter en permanence la température et ainsi faire d’importantes économies.

C’est le cas par exemple du radiateur Thermor chaleur douce à inertie Equateur 2.
Thermor est en effet le leader français du chauffage électrique. Cette entreprise à toujours voulu faire évoluer ses modèles dans le respect de l’environnement dans une optique de réduction de la consommation tout en insistant sur un design contemporain.
C’est pour cette raison que j’ai décidé de vous faire partager ce bon plan de qualité.

Ce radiateur possède un pilotage intelligent qui permet au radiateur de s’adapter au rythme de vie. Ainsi, c’est un gain de confort pour nous mais également une économie !
De plus, il mesure le temps de montée de la température en fonction de votre hauteur de plafond, de votre isolation pour adapter la mise en route du chauffage avant notre arrivée.
Enfin, il détecte les portes ou fenêtres ouvertes ainsi que la présence ou non dans la pièce pour ainsi adapter son niveau de température.

N’hésitez pas à faire part de vos expériences, si vous possédez chez vous ce système !

Économisons l’eau : gros plan sur le récupérateur d’eau.

Voici la représentation de la consommation d’eau par jour :

consommation eau

Presque 40% de la consommation d’eau est utilisée pour les bains et douches.  En 2ème position, on trouve les chasses d’eau qui sont responsables de 20% de la consommation totale. Les autres postes de consommation demandent une grande quantité d’eau (qui est potable).

En bref, plus de la moitié de l’eau que nous utilisons ne nécessite pas forcément d’eau potable ! C’est le cas des WC, de l’arrosage du jardin, de la vaisselle, du lavage de la voiture ou du sol. D’un point de vue économique, le prix de l’eau potable augmente d’année en année.

En ce qui concerne l’environnement, l’utilisation de l’eau de pluie permet d’éviter un recours aux produits détergents. Rappelons que cette eau ne contient pas de calcaire, pesticides ou chlore, elle est donc très bonne pour les plantes et la flore de manière générale. La récupération de l’eau de pluie pourrait réduire de moitié votre facture d’eau en fin d’année. Cette solution permet aussi de réduire le risque de saturation des stations d’épurations et d’assainissement.

Il est alors temps de réagir, aussi bien pour l’environnement que pour nos réductions de facture d’eau.

La récupération d’eau de pluie : la solution !

Aujourd’hui je vais faire un gros plan sur le récupérateur d’eau que l’on insère dans la gouttière.  Celui-ci permet de récupérer l’eau dans la gouttière de descente de manière simple et efficace.

Sans titre

Voici pour illustrer mes propos, le récupérateur d’eau pluviale pour descente de gouttière. Son raccordement est universel, ce qui simplifie son utilisation. Il récupère environ 60% des eaux de pluie, sans les feuilles. Il peut être installé rapidement même sur un système de gouttière déjà mis en place.

Comment l’installer ?

etape

1. Commencez par découper un morceau de tuyau d’environ 30  centimètres avec une scie à métaux.

etape 2

2. Mettez simplement en place le récupérateur pour tuyau de descente. Grâce à son manchon allongé, il s’emboîte facilement, sans soudure.

3. Une fois votre récupérateur d’eau installé, vous pouvez installer votre cuve jusqu’à 5 mètres. Plus besoin de l’avoir directement sous le tuyau de descente. Vous pouvez raccorder un tuyau d’arrosage standard.

Maintenant c’est à vous de jouer !

Renseignez vous également sur les crédits d’impôts qui ont été votés dans le cadre de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30/12/2006.